Running et hormones : les conseils de votre coach sportif à Metz

 Dans Perte de Poids, Remise en forme

Dopamine, endorphines, noradrénaline… Le saviez-vous votre corps produit ces hormones lors d’un effort physique.

Les endorphines génèrent une sensation de plaisir, de bien-être, voire d’euphorie. La dopamine diminue la sensation de fatigue et stimule la vigilance. Au sujet de la noradrénaline, elle fait fondre la graisse. Lorsque l’on court, notre corps secrète en quelques minutes une multitude d’hormones. Ces hormones ont différents impacts sur le corps et sur la psychologie du coureur.

Les endorphines : euphorie et antidouleur.
Le premier effet d’une bonne séance de running, c’est une perception agréable de bien-être. Celle-ci survient pendant l’activité et se prolonge même après la séance ! Cette sensation est due à la production d’endorphines, un groupe de neurotransmetteurs dont la structure est très proche de la morphine et qui constitue un antidouleur radical. Grâce aux endorphines, on peut donc prolonger la course et à fournir un effort tout en ressentant du plaisir, voire de l’euphorie !
Lorsque l’on court, le corps génère des endorphines au bout de quelques minutes seulement. L’avantage, c’est que cette sécrétion ne s’arrête pas lorsque l’on s’arrête de courir ! En effet, la sécrétion des endorphines continue jusqu’à atteindre un delta, entre 45 minutes et 1 heure après l’effort. À la suite d’une course, on se sent donc mieux, et pendant longtemps !

La dopamine : plaisir et vigilance
Outre les endorphines, le sport contribue à stimuler la production de dopamine (plaisir et vigilance), qui diminue aussi la sensation de fatigue. Comme pour les endorphines, le corps sécrète de la dopamine quelques minutes seulement après le début de la course, l’effet est donc direct ! Après une bonne séance de course, on se sent moins fatigué, on est plus vif et plus tonique (la dopamine est également sécrétée lorsqu’il y a consommation d’alcool, de drogue, ou encore lors d’une activité sexuelle). La dopamine et, dans une moindre mesure, les endorphines sont responsables de l’effet « addictif » de la course à pied, dont on entend souvent parler.

L’adrénaline et la noradrénaline sont des hormones liées au stress. Secrétées par le corps quelques instants après le début de l’activité physique, elles placent le corps dans les meilleures conditions qui soient pour produire un effort : attaquer, fuir, et… courir ! Bref, c’est grâce à elles que nous sommes prêts à bondir !

LE MOT DU COACH :

La noradrénaline a aussi un intérêt qui est loin d’être négligeable lorsque l’on court pour perdre du poids.
En effet, cette hormone est capable d’agir sur les cellules grasses pour leur ordonner de déstocker le gras qu’elles contiennent ! C’est donc l’ennemie des kilos en trop !

Et bien d’autres hormones…
Lorsque l’on court, une multitude d’autres hormones, dont le rôle est indispensable à la course, sont secrétées par le corps :
– Le glucagon et le cortisol, par exemple, permettent de libérer le glycogène qui donnera aux muscles l’énergie dont ils ont besoin.
– L’ADH et l’aldostérone sont des hormones capables de limiter les pertes d’eau et de sel lorsqu’on transpire.

Bref, lorsque l’on court, c’est tout notre organisme qui s’active afin que notre séance se déroule sans dégâts pour le corps, et le plus sereinement possible pour l’esprit !

Articles recommandés

Laissez un commentaire

Detox coach sportif Metz